FRANÇAIS
Visuel

Rio 2016

Découvrez aussi :
 
Notre page spéciale Nicolas PEIFER aux épreuves paralympiques de RIO.



On en parle sur Twitter :

Aurélie MULLER :
Cédric SCHRAMM :

RIO 2016

 

Ça c'est passé le 28 août à Paris : La Fluctuat avec Aurélie MULLER et Marc-Antoine OLIVIER !

Aurélie MULLER et Marc-Antoine OLIVIER ont invité leurs supporters à venir nager avec eux ce dimanche 28 août au bassin de la Villette à Paris. L'occasion pour les Sarregueminois de répondre à l'appel et de soutenir leur championne !

Ce dimanche 28 août, une délégation sarregueminoise composée de Marc ZINGRAFF, 1er adjoint au maire chargé des sports, Denis PEIFFER, conseiller délégué aux sports et Jean-Michel ALBERTUS, responsable des sports, s'est rendue à Paris pour assister à la première édition de la Fluctuat. Un événement inédit organisé par la Fédération Française de Natation dans le bassin de la Villette, qui relie le canal de l'Ourcq au canal Saint-Martin, dans le 19e arrondissement de la capitale. La manifestation proposa, de 10 heures à 14 heures, trois courses : la Zazou sur 3 km, l'Apache sur 5 km et la Poulbot sur 1,250 km.

La délégation sarregueminoise a profité de l'occasion pour encourager et soutenir Aurélie Muller,
Championne du monde et d'Europe,
  qui a participé à la course sur 5km ainsi que Marc-Antoine Olivier, récemment médaillé de bronze aux JO de RIO. Les quelques mots échangés avec la championne ont permis de lui exprimer la fierté et les félicitations de toute une ville. Au-delà de l'issue du 10km des derniers JO, nul n'a omis la formidable performance sportive réussie par la nageuse du cercle nautique, arrivée à la 2eme place avant d'être durement destituée de sa médaille d'argent.

> Le dossier de presse de la Fluctuat



Aurélie MULLER, objet de toutes les attentions - Reportage : France télévisions


Nos photographies :


 

"J'ai gagné plus qu'une médaille olympique !" - la réponse de Aurélie MULLER

Aurélie MULLER s'est exprimée ce jour sur les réseaux sociaux :


En savoir plus :
> Ses pages Facebook et Twitter. 
 

Cédric SCHRAMM sur France 2 !

Cédric SCHRAMM fait parler de lui et ça se voit ! Découvrez le reportage sur l'Ambassadeur de Sarreguemines par France 2


Cédric SCHRAMM au JT de 13h00 de France2 jeudi 18 août 2016
 

Aurélie, championne dans les coeurs Sarregueminois !

Retrouvez ci-dessous différentes réactions suite à la disqualification de Aurélie MULLER lors de la compétition olympique de natation des 10km nage libre lundi 15 août 2016.

"Je suis dégoûté. La Brésilienne, la quatrième, qui a obtenu la troisième place du podium, était loin derrière Aurélie. Ce n'est pas juste... Si elle a bousculé la nageuse italienne, il aurait été plus juste qu'elle obtienne la médaille de bronze. Aurélie c'est pépite. Elle a encore des choses à démontrer." - Céleste LETT, député-maire de SARREGUEMINES

> L'article du Républicain Lorrain en date du 16/08/2016


> Découvrez l'interview de Aurélie par les journalistes de RMC :

Chargement de la vidéo...



JO - Natation : Muller «On va se battre» par lequipe


JO - Natation : Olivier «Je dédie cette médaille à Aurélie» par lequipe

 


La première réaction d'Aurélie Muller après sa disqualification »  par telestar_video
 
> Philippe Lucas : "J'ai trouvé que la décision de la disqualifier a été prise très vite" - RMC Sport  


Episode 04 : SARREGUEMINES a une délégation et un drapeau à RIO !

En écrivant en lettres noires «Sarreguemines» sur un long drapeau tricolore et en le déployant de site olympique en site olympique, le Sarregueminois Cédric Schramm ne pensait pas générer un tel buzz…

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil :

Quand il n'est pas en vacances, Cédric Schramm travaille sur un poste d'aiguillage. Quand il ne "cheminote" pas, il court les compétitions sportives. Quand il les rattrape, le Sarregueminois s'amuse à étaler son long drapeau tricolore, floqué en lettres noires du nom de SARREGUEMINES, la totale dans l'axe de la caméra la plus adéquate retransmettant l'évènement. «Oh, c'est juste un p'tit pari que je me fais à moi-même pour mettre ma ville à l'honneur et pour faire un p'tit clin d'oeil à mes copains
» s'amuse-t-il à expliquer, partant souvent sur ces compétitions dans le plus grand des secrets pour bonifier son effet de surprise. « Mais franchement, je ne pensais pas que cela ferait un tel buzz à Rio ?! Comme mon portable français est totalement fermé, j'en ai pris connaissance quand mon ami Joël est arrivé, quelques jours après moi». Du coup, l'homme de Rio mue en trio, en délégation même, avec le renfort de Joël Kessler de Woustviller, employé chez «Décathlon» à Sarrebruck, et, de la triathlète Sarregueminoise Anne Grosse. Cédric de rajouter : «Depuis que Joël est arrivé, il joue mon attaché de presse, entre un rendez-vous pour L'Equipe par-ci, un pour RMC par-là, des radios dans tous les sens. Sincèrement, je suis dépassé par les évènements ! Mais bon, nous avons établi plein de contacts intéressants».

Avant de repartir lundi prochain, notre délégation et son drapeau pas comme les autres devraient se montrer à l'athlétisme voire sur des phases finales de sports collectifs, en attendant d'y trouver un bon spot et de le draper «toujours à la dernière minute». Cédric Schramm n'a pas encore repris son poste qu'il aiguille déjà ses prochains congés «sans doute, sur les champion nats du monde d'athlétisme à Londres en août 2017…et, pourquoi pas, les Jeux Olympiques d'hiver en Corée du Sud en février 2018 ?! Mais bon, on verra, on verra !».


De gauche à droite : Cédric SCHRAMM, Anne GROSSE et Joël KESSLER

©Sophie GREUIL


Le trio à RIO ! Prêt à défendre les couleurs de SARREGUEMINES !

©Sophie GREUIL

 

Episode 03 : Aurélie MULLER, noyée dans un rêve brisé…


Jusqu'à la ligne d'arrivée, sa course était magnifique dans un cadre idyllique. Malheureusement, dans le sprint au coude-à-coude lui ayant donné la seconde place, la Sarregueminoise aurait fait une faute sur l'Italienne. A l'arrivée, elle est disqualifiée…

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil :

Jusqu'à l'arrivée de ces 10 km, la course avait été somptueuse. Accrochée, engagée, dans un paysage de carte postale nommé Copacabana. Le drapeau tricolore de Cédric Schramm, aux lettres noires mettant «Sarreguemines» en guest star des Jeux de Rio, avait même accompagné Aurélie Muller jusqu'au départ. Sagement, il l'attendait, pour la draper de tout son long, à l'arrivée. Après une heure trente de course sous 28° et dans une eau mouvementée, la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal s'était détachée d'une poignée de dix secondes n'inspirant pas la confiance dans le camp français : «Ca va être dur de revenir sur elle», craignait, alors, Philippe Lucas, l'entraîneur de notre championne du monde. «Franchement, cette fille, nous ne l'attendions pas, aujourd'hui : là, elle tente un coup de poker. Et, comme dans la tronche elle est très forte, ça va être dur de revenir…».

La Néerlandaise ne sera jamais rattrapée, franchira la ligne en 1h56mn32 et quelques secondes derrière un sprint s'engage entre notre Sarregueminoise et une Italienne, Rachel Bruni. Un sprint au coude-à-coude, remporté par Aurélie Muller en 1h56mn49, alors médaillée d'argent faisant exploser en larmes Stéphane Lecat, ancien de nageur phare de l'eau libre, devenu directeur de séquipes de France de natation : «Que c'est beau…et, elle le mérite tellement. C'est une fille tellement sérieux, tellement intelligemment à l'écoute de tout ce qui peut la faire progresser. Et, cette médaille, c'est un travail d'équipe autour d'elle, au moins, entre une chose et une autre, cinquante personnes depuis trois ans…».

De larmes de joie aux larmes d'horreur...
Ses larmes à peine séchées, Stéphane Lecat reçoit, soudain, un coup de bambou. Aurélie Muller vient d'être disqualifiée. La raison ? Lors de son sprint, elle aurait posé sa main sur la tête de l'Italienne ayant, selon cette dernière l'expliquant devant sa presse, «presque fait boire la tasse…».
D'un coup, le clan tricolore n'en croit pas ses yeux. Non loin du Ministre des Sports Thierry Braillard, tous les membres du staff s'interrogent du regard. Debout à côté de Jacques Favre, le directeur technique national (DTN), notre championne du monde reste droite. Se tait. Loin d'elle, sans pouvoir lui parler, Philippe Lucas lâche : «Porter réclamation contre cette réclamation, je ne pense pas que cela le fera ??? On n'est pas à l'athlétisme ! En plus, comme la disqualifier donne une médaille (le bronze) à une Brésilienne (Poliana Okimoto), ça me paraît mal embarqué…».
Longtemps, loin de la presse, Aurélie Muller restera debout. Silencieuse. Puis, elle ira s'asseoir dans un coin, sous un palmier, pour pleurer dans les bras de son DTN.

Et, Aurélie se met à hurler.

Et au moment, où le protocole de la remise des médailles résonne sur la plage. Au moment, où le nom de la médaillée de bronze est annoncée, Aurélie éclate en sanglots, hurlant presque de douleur dans ses mains collées sur la bouche.
Sous l'aile de son DTN, rabattant son bras sur elle comme pour la protéger d'une scène d'horreur, la Sarregueminoise sort dans la zone d'arrivée de course. Sans parler. Bien sûr, sans répondre à la presse française, présente en masse.
Sans avoir pu lui parler, Philippe Lucas, qui est également l'entraîneur de la Néerlandaise
Sharon van Rouwendaal, grande gagnante de cette course, sera le seul, alors, à s'exprimer devant la presse française : «Je ne sais pas quoi vous dire parce que je n'ai pas vu la vidéo ??? Je ne sais pas ce qu'elle montre ? Maintenant, il va falloir faire face. Un jour, j'ai une nageuse qui a fait quatrième à 8/100 d'un bronze : ah, ça fait mal à la tête…mais, on s'en relève ! Là, se remettre d'une telle disqualification, ça ne va pas être facile, surtout à 26 ans, surtout après autant d'efforts. Mais bon, d'un autre côté, on ne va pas pleurer, non plus, pendant cent cinquante ans…».


La France porte réclamation…
L'équipe de France a annoncé avoir déposé une réclamation, mettant en cause l'organisation : "Aurélie a été obligée de se déporter vers la droite parce que la corde du chenal est amarrée sur le boudin à l'extérieur, alors que normalement elle devrait être à l'intérieur. Cette corde n'aurait jamais dû être à l'extérieur, ce que m'a confirmé, par oral, le juge arbitre", a expliqué Stéphane Lecat (41 ans), directeur des équipes de France, ancien nageur d'eau libre (champion d'Europe sur 25 km en 2000).
«Après s'être battue comme elle s'est battue, c'est une grande injustice : honteux et inqualifiable…».


Episode 02 : Sur 10 km, Aurélie MULLER prête à tous les scénarii…

Demain lundi, la Sarregueminoise (26 ans) s'élancera pour être la première française médaillée olympique en eau libre, fin prête à dégainer telle stratégie, à affronter tel ou tel scénario…
 

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil :

     Sans détour, droit au but comme dans ses longs marathons sur l'eau, notre championne du monde et championne d'Europe en titre annonce la couleur avec un grand sourire : «Je viens pour faire une médaille, la plus belle, bien évidemment ! Nous serons huit filles capables de monter sur le podium. Pour atteindre mon objectif, je n'ai rien laissé au hasard…».
    Pour être sur la plus haute marche, Aurélie Muller a donc planché sur toutes les options : «Je serai prête à répondre à tout type de stratégie, décision se prenant, selon les circonstances, en une fraction de seconde. Quant au scénario, il sera, sans nul doute, très lié à la météo du jour. Au fil de cette dernière saison en coupe du monde, chaque étape m'a permise de vivre un scénario. En mettant bout à bout l'eau chaude et l'humidité d'Abu Dhabi (Emirats Arabes Unis) avec le calme plat de la Floride (Etats-Unis) associé à l'eau bougeant légèrement de Hoorn (Pays-Bas), je ne devrais être surprise à Rio. Lors de l'épreuve pré-olympique, il y avait eu deux mètres de houle. Soignée contre le mal de mer, j'y suis, aussi, fin prête !»
     Afin de ne pas rater son rendez-vous avec l'histoire olympique française, la Sarregueminoise dormira, dimanche soir, à Copacabana : «Si j'étais partie du village olympique à 30km de là, j'aurais eu une petite heure de bus. Donc, j'aurais été obligée de me lever tôt avec l'angoisse de ne pas arriver à l'heure, parce que la circulation brésilienne est assez chaotique. En dormant sur la ligne de course, je baignerai dans le calme et la sérénité, racines indispensables pour aller vers la performance…».
     A Rio, si la couleur du ciel de ce 15 août reste à affiner, la température de l'eau sera agréable «avec un bon p'tit 23 degrés», se félicite, déjà, notre sereine sirène des flots, grande favorite de l'épreuve.


#StayTuned

Aurélie MULLER et Marc-Antoine OLIVIER thumbs up* !
©Sophie GREUIL
*(pouces levés)

 

La LORRAINE ne sera pas lieu en eaux troubles !
D'après Aurélie, l'eau du Fort de Copacabana est «surtout» devenue trouble sous la plume des journalistes : «Pour ma part, je ne suis pas au courant et pas concernée puisque l'eau me paraît propre…».

Elle l'a vaincu... le mal de mer !
Afin de ne pas être gênée par la houle brésilienne et ressentir le mal de mer jusqu'à en avoir envie de vomir, notre nageuse est allée passée deux semaines à Brest, chez un spécialiste, suivre dix séances d'optocinétique de trente minutes, afin de faire disparaître ce problème.


> La page de l'Equipe (ou sur leur site)



Aurélie MULLER et sa Lutte contre le mal de mer. Reportage : France 3 Télévision.


 

Episode 01 : A Rio, Aurélie MULLER rayonne en terre bien connue…

A l'aube du second 10km olympique de sa carrière, la Sarregueminoise (26 ans) nage dans un grand bain de sérénité. Au village olympique, souriante, détendue et impatiente de concourir, nous l'avons retrouvée…

 

De notre correspondante spéciale à Rio, Sophie Greuil :
 

    Pour un peu, Aurélie Muller pourrait être la régionale de l'étape ! Aux Jeux Olympiques, elle a déjà mis un pied en 2008 à Pékin (21ème sur 10 km) : «Résultat, en arrivant à Rio, je n'ai pas été surprise, décontenancée , perturbée, grisée et hésitante sur telle ou telle attitude à adopter. D'entrée, je me suis sentie à l'aise sans avoir envie de me disperser tout en me cultivant une certaine bulle».

     A Rio, la Sarregueminoise a déjà aussi «fait le tour du propriétaire lors de l'épreuve pré-olympique, il y a un an. Alors, nous étions restés une semaine pour faire du tourisme sachant que nous n'aurions pas, cette fois-ci, le temps. Ayant déjà tout vu, je suis ni frustrée ni tenter de me balader. Concentrée sur mon objectif, je dois rester».

    Au village olympique depuis lundi, notre nageuse reconnaît «avoir déjà mes p'tites habitudes, repères. Bref, un p'tit train-train tranquille…mais, mais, avec une grande hâte que ma course commence !». Ce p'tit train-train carioca peinard l'emmène «deux fois par jour à la piscine. Physiquement et psychologiquement, je me sens, à la fois, reposée et en forme».

    Entre deux longueurs, l'élève de Philippe Lucas échange avec les athlètes français, curieux de sa discipline : «Quand j'annonce partir pour 10 km à la nage, ils font une tête incrédule devant la distance en me demandant comment je l'encaisse. Alors, je leur réponds que, comme je fais assez souvent 20km à l'entraînement, que la compétition, finalement, me paraît bien, à côté, plus facile ! Alors, faut voir leur tête !!! Et si j'ajoute que le 25 km est aussi une distance en eau libre, alors ils sont au bord de l'asphyxie !!! A Copacabana, lundi, j'espère que certains viendront me voir…».

#StayTuned


Aurélie MULLER compte bien marquer ces JO du "V" de la victoire !

©Sophie GREUIL
 

Le drapeau de SARREGUEMINES à COPACABANA ?!

 

Comme bon nombre de personnes, notre nageuse ne connait pas «personnellement» le spectateur déroulant, à la piscine et au judo, un long drapeau tricolore floqué de «Sarreguemines», écrite en lettres noires. Toutefois, elle espère «qu'il aura ou qu'ils auront la bonne idée de se montrer, le jour de ma course, lundi 15 août à 9 heures, à Copacabana..?! J'aurais besoin de tous les soutiens possibles. D'ailleurs, tous ceux provenant de Sarreguemines me vont droit au coeur. Lundi, je sens que j'aurais tout une ville avec moi et derrière moi : ça va me booster grave !».

 

Le bonnet de SARREGUEMINES, interdit à COPACABANA !

 

Comme beaucoup d'athlètes, Aurélie Muller aurait aimé arboré un maillot ou un bonnet de son club. A la demande express du Comité Olympique Français, les athlètes doivent se montrer uniquement dans leur officielle tenue tricolore : «Dommage parce que j'aurais bien aimé faire un p'tit clin d'oeil à mon club», regrette la Lorraine.

 

Aurélie MULLER à RIO

 

Après une année 2015 riche en émotions et en performances, la nageuse Aurélie MULLER nourrit l'ambition de briller à RIO à l'occasion des Jeux olympiques d'été. Pour l'évènement, la Ville de Sarreguemines vous invite à suivre la championne en quête de son rêve olympique. Rendez-vous samedi 13 août puis les jours qui suivent pour tout savoir sur la préparation de notre nageuse, grâce à Sophie GREUIL, journaliste freelance actuellement à RIO.




#StayTuned

Aurélie MULLER lors de sa victoire aux championnats du monde de KAZAN en 2015.

 

©KMSPS Kempinaire

 



En savoir plus :
>
#RIO2016
> Soutenez Aurélie MULLER sur sa page Facebook ou sur Twitter @Aure_Muller
> La fiche sportive de Aurélie MULLER
> L'article de LaSemaine.fr du 14/08/2016










 

Voir aussi


Cédric SCHRAMM à RIO

A pieds, à vélo ou à ski, Cédric SCHRAMM, parcourt le monde en quête de sensations et de découvertes. Sportif et "runner" accompli, ce Sarregueminois de 40 ans porte haut les couleurs de la Cité des Faïences aux quatre coins du globe. En juin il a assisté à plusieurs matchs de l'Euro 2016, toujours équipé d'un drapeau tricolore géant, estampillé "SARREGUEMINES CAN". Féru des grands évènements sportifs, le Sarregueminois se trouve actuellement à RIO pour soutenir la délégation française. Dimanche dernier, il assista à l'épreuve féminine de cyclisme sur route. Le lendemain, il était présent à la "Rio Olympic Arena"  pour la finale du concours général de gymnastique par équipe sans oublier les épreuves de natation... Bref, grâce à la passion qui anime Cédric SCHRAMM, SARREGUEMINES est partout... même à RIO ! Découvrez son périple en images.





Cédric fait le buzz !

> Découvrez l'interview de Cédric par les journalistes de RMC :
Chargement de la vidéo...


> L'article de Europe 1 en date du 21/08/2016
> L'article de 20 Minutes en date du 23/08/2016

> L'article de France TV en date du 20/08/2016
> L'article des DNA en date du 18/08/2016
> L'article de Le Figaro du 14/08/2016
> L'article de l'Equipe.fr sur Cédric et sa banderole du 11/08/2016
> L'article de 20 Minutes du 10/08/2016
> L'article du Républicain Lorrain


> Notre hommage à Cédric, paru dans Reflets N° 27 (notre bulletin municipal)

En savoir plus :
> La page facebook du Sarreguemines Triathlon Club
 

 

                                 
FORMULAIRE EN LIGNE
demande d'acte d'état-civil
  TIPI
paiement en ligne
  DELIBERATIONS
du conseil
  WEBENCHERES
de la ville
  MARCHES
PUBLICS
  PLAN DE
LA VILLE
  CONTACT
                                       
Hôtel de Ville - 2, rue du Maire Massing - C.S. 51109 - 57216 Sarreguemines cédex
Ouvert au public : du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h30 à 17h30.
Accueil : 03 87 98 93 00. Télécopie : 03 87 95 45 81.
Réalisé par NEFTIS - Powered by Flexit